Libérer la confiance

[Ma chronique de décembre dans Psychologies Magazine] – Dès votre arrivée sur notre Terre, une grande et belle partie de vous s’est construite seule. Bravo pour l’audace, l’émerveillement, les brins de folie, le courage, l’application, la sueur, le plaisir, le rêve, la joie,… ! Nos ressources sont infinies, insoupçonnées et inconnues quand on ne les met pas en lumière.
Prenons le temps de mettre les projecteurs au bon endroit. Par mon invitation à vous poser quelques questions, je vous propose de noter celles qui résonnent plus prioritairement.

Quelles découvertes avez-vous faites de vous durant cette période bouleversante et bouleversée ?
Quels talents trouvez-vous trop éteints ?
Quelles sont les situations dans lesquelles vous avez encore besoin de prendre confiance ?

À qui avez-vous déjà partagé ces questions ? S’agit-il des interlocuteurs adéquats ou en sont-ils non informés ? Personne n’est dans nos têtes ! Nous sommes de drôles de personnages d’espérer être compris sans expliciter qui nous sommes avec nos talents, nos peurs, nos doutes, nos joies.
Voici un beau jeu de devinettes qui peut nous piéger pour construire notre confiance en nous et en nos relations.

Ouvrons 3 fenêtres, 3 paysages pour libérer la confiance :

  • Croire en soi
  • S’ouvrir aux autres
  • Prendre sa place !

Pour ouvrir les fenêtres de la confiance, l’expérience commence par le regard.

CROIRE EN SOI ?

Quel regard portez-vous sur votre chemin de vie ?
S’il est jugeant, rabaissant, culpabilisant, j’invite votre Ego à vous foutre la paix.
Commencez par vous accueillir vous-même avec douceur, dans le plaisir d’être imparfait !
Rappelez-vous tout ce que vous avez déjà mis en place pour vous faire confiance dans vos choix, vos renoncements, votre équilibre intérieur.

S’OUVRIR AUX AUTRES ?

C’est votre parfaite imperfection qui va offrir une place à l’autre pour vous compléter et non vous mettre en compétition !
Vos limites, vos vulnérabilités sont un cadeau pour commencer à regarder l’autre comme la ressource qui va vous permettre d’atteindre le cap, de créer en accueillant d’autres idées.
La confiance ne se décrète pas. Nous avons chacun notre rythme pour la donner. Respectons le nôtre et surtout celui des autres par notre qualité d’écoute. Êtes-vous entourés de fonceurs ? D’audacieux ? Ou de personnes à rassurer ? À mettre en sécurité ?

Merci la Vie de nous offrir les autres ! Notre santé relationnelle est notre essence humaine.
Vos collègues, votre famille, vos amis, votre réseau, le monde qui vous entoure sont vos alliés de la confiance. Car c’est par ces multiples regards qu’on se construit, qu’on s’encourage, qu’on rebondit, à condition bien sûr de leur offrir des regards ouverts.

En Corée, dès le plus jeune âge, on apprend le « Nunchi », c’est-à-dire l’attention de tous les instants à l’autre : de quoi a-t-il besoin ? Quels signaux faibles me disent qu’il a besoin de moi ? La plus grosse injure coréenne est « Je n’ai pas fait exprès » ! Une belle invitation à devenir « Nunchi ».

PRENDRE SA JUSTE PLACE ?

Il s’agit de ne délaisser personne ! C’est dans cette période que le sentiment d’appartenance est à soigner. De quelle(s) tribu(s) faites-vous partie ? Comment y mettez-vous la bienveillance, l’accueil ?
Mettre en confiance et faire confiance est une vraie chorégraphie à construire.
Nous avons à alterner mettre en confiance par le climat d’ouverture et faire confiance en donnant un meilleur dosage à notre besoin de contrôle !

Le pire du confinement est celui de l’esprit ! Offrons-nous un nouvel élan collectif.

Osons l’Humain tout simplement ! La morosité est la pire des dramaturgies.

Avec quelle intention vous lèverez-vous demain matin ? Méfiance ou Confiance ? Non-dits ou authenticité ? Froideur ou chaleur ? Personne n’est dans votre tête et chacun a envie d’être compris, reconnu, accueilli. Alors en route pour mettre notre énergie dans la relation !

On ne construit pas simplement la confiance, c’est avec elle qu’on se construit !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.